Microblog: A very long article Wikipedia article on the orientation of toilet paper [Jun 7th, 22:52] [R]

Monday, June 29th, 2009

Critique littéraire

Translation: [ Google | Babelfish ]

Categories: [ Books ]

Au cours d'une discussion animée avec Ville, qui ressemblait presque à un dialogue de sourds tellement nos visions d'un bon livre étaient divergentes, je me suis rendu compte que ce qui faisait un bon livre à mon avis était d'abord l'intrigue, puis l'univers et enfin la langue. Par exemple Les Enfants de Ji sont écrits dans un style que je trouve immature, usant et abusant de phrases exclamatives, bien que j'aie beaucoup aimé l'univers de Ji, même si l'histoire s'est considérablement essouflée sur la fin. Dans le même ordre d'idées, Les enchantements d'Ambremer ont un univers féérique que j'aime particulièrement, une intrigue en forme d'enquête (qui finit malheureusement de manière un peu plate) et un style bien plus adulte que celui de Ji. Jésus video en revanche aurait dû me plaire (quoi de plus intéressant de prime abord qu'un anachronisme avéré et un voyage dans le temps ?), le style étant fluide, mais l'histoire en revanche était cousue de fil blanc : on trouve une video du Christ, l'Église essaye évidemment de la faire disparaître, ce qui fait que le Monde entier n'en saura jamais rien. Et à la fin, les héros rencontrent évidemment le voyageur dans le temps juste avant son départ. Le goût de l'immortalité, en revanche, même s'il a été écrit par quelqu'un que je connais (j'ai croisé Katioucha sur f.m.b.l l'une ou l'autre fois, même si elle ne se souvient probablement pas de moi) et que j'ai lu son livre à cause de ça, ne m'a pas plu : le texte ressemble trop souvent à une liste de listes, l'absence de dialogues en rend la lecture tout aussi indigeste que le Silmarillon, et je commence à avoir ras-le-bol des histoires de S.F. glauques qui montrent du doigt les mégacorporations qui dirigent le monde et les pandémies qui déciment la population. Si j'avais envie de lire des critiques du monde actuel, je lirais le journal, pas de la fiction. Au contraire, j'ai gardé un meilleur souvenir de Quand les dieux buvaient et de ses mondes absurdes. De son propre aveu, Kat a voulu écrire quelque chose de « sérieux » et a comme par miracle reçu plein de prix littéraires. Ce qui prouve bien que même en S.F., pour recevoir des prix en rafale, il faut écrire des trucs chiants et sanglants. Rien de nouveau sous le soleil : plus ça fait gerber et ça arrache de larmes, « meilleur » c'est.

En BD, par contre, le style du dessin semble avoir, à la réflexion, davantage d'importance que l'histoire : j'aime bien le style surchargé et aux couleurs trop contrastées d'Atalante et de Lanfeust, même si l'histoire semble inventée au fil de la plume. Pareil pour Bone, où j'aime bien les personnages arrondis. Dans Blake et Mortimer, c'est davantage l'univers qui me plait, même si le style de dessin « ligne claire » me plait bien aussi. En revanche, le monde glauque de Watchmen et le dessin aux couleurs criardes, c'est pas trop ma tasse de thé.

Pour Ville par contre, ce qui semble le plus important ce sont les personnages. Je veux bien croire qu'inconsciemment je sois sensibles à la présence dans la narration de personnages aux caractères bien développés, mais consciemment, non. Un livre avec des personnages tourmentés au possible, aux passés lourds de souffrances et de crimes inavoués, s'il ne présente pas une histoire plus intéressante que

« je t'aime, je t'aime pas, je t'aime, je t'aime pas »

trouvera moins grâce a mes yeux que sa place dans une poubelle. Je serais d'ailleur curieux de savoir si je peux trouver une histoire et un univers qui me plaisent, où s'animent des personnages absolument pas dévelopés, pour savoir si les personnages importent aussi peu au livre que je ne semble le croire pour l'instant. Toujours est-il que Ville m'avait fait lire The Killers de Hemingway, et que j'ai trouvé ça chiant à mourir, et qu'il n'a pas compris pourquoi. Est-ce que c'est lui qui est trop conventionnaliste et qu'il aime tout ce qui est classé « grande littérature », ou c'est moi qui suis trop con pour apprécier la « grande littérature » ?

[ Posted on June 29th, 2009 at 21:01 | no comment | ]

Trackback Address

https://weber.fi.eu.org/blog/Livres/critique_litteraire.trackback

Comments

No comment

Add comments

You can use the following HTML tags: <p>, <br>, <em> <strong>, <pre>. URLs starting with http:// will automatically be turned into hyperlinks.

(optional)
(optional)


Save my Name and URL/Email for next time

7 + 5 =